Helvetia
21. September 1990
Arts et Culture
Expositions
Pascal Tissier
HELNWEIN X 3
Lausanne, Bâle et Berne accueillent simultanément les œuvres photographiques et picturales d'un diabolique viennois: Gottfried Helnwein. Ce peintre de la provocation suscite autant d'admiration que de réprobation, mais comment rester indifférent devant des œuvres si troublantes, tellement inattendues.
Comment rester de marbre devant ses compositions dont les enfants constituent le sujet principal; univers cruel, sinistre. Ses transpositions sur toile sont admirables, les yeux sont captivés par l'hyperréalisme avec lequel les sujets sont rendus, ensuite, une certaine angoisse se fait ressentir de par les situations représentées. Ailleurs, Helnwein se fait l'émouvant portraitiste de célébrités. Ses dessins et ses peintures ont illustré les couvertures des plus grands magazines. Son autoportrait à lui seul a fait la une d'une bonne trentaine de revues et une dizaine d'ouvrages lui sont consacrés, certains traduits en japonais.
Le Musée de l'Elysée à Lausanne présente une infime partie de son œuvre photographique. Des portraits monochromes de Michael Jackson, Clint Eastwood et Andy Warhol partagent une pièce avec ceux de Mick Jagger, Niki Lauda ou Carl Barks (Donald). Mais, avant de contempler ces hommages en gros-plan, le visiteur chemine entre d'immenses épreuves photographiques inspirées par les thèmes brûlants de la torture, d'inceste, de la guerre et d'autres réalités.
Les toiles exposées à la Galerie Liliane Andrée à Bâle et au Chalet Muri à Berne sont les œuvres les plus récentes de Gottfried Helnwein. On y retrouve une version de son célèbre autoportrait sur lequel Helnwein apparaît la tête bandée, des écarteurs sur les yeux et la bouche béante, fixée sur un hurlement. Le thème des enfants souillés, maltraités, isolés est omniprésent aussi bien dans les multiples salles bernoises que sur les trois étages de la galerie bâloise. Un point commun relie toutes les œuvres présentées: la couleur. Helnwein abandonne l'hyperréalisme en quadrichromie pour le bleu dans toute sa gamme de nuances. Ici, Andy Warhol fait face à Donald, là, James Dean est allongé sous le regard de Gorbatchev, alors que Barschel prend un bain.
Tout est immense, les thèmes, le talent, le format des huiles et des photographies. Helnwein peut être rassuré, il ne verra personne hausser les épaules. Le public, lui, saura comment une vision de l'esprit, fixée à travers l'objectif photographique, étalée sur la toile peut renverser un visiteur non averti. Fabuleux X 3!!!
Berne, Chalet Muri, jusqu'au 29 septembre.
Bâle, Galerie Liliane Andrée, jusqu'au 6 octobre.
Lausanne, Musée de l'Elysée, jusqu'au 21 octobre.




nach oben